Au Croisic, les marées rythment le temps. La ville a proposé aux élèves horlogers en DN-MADe au lycée Jean Jaurès à Rennes de concevoir une horloge à marée. Une rencontre a eu lieu au lycée ce jeudi 27 mai, entre le jury et les étudiants qui présentaient leurs premières pistes, très prometteuses.

Non seulement l’objet horaire doit renseigner sur la marée en temps réel, mais il lui faut aussi indiquer les phases de la lune et bien sûr, donner l’heure. Le message doit être perceptible, facilement compréhensible ; l’objet doit s’insérer harmonieusement dans le patrimoine local et résister à l’atmosphère saline du Croisic.

Un défi technique et esthétique

Répondre à ces défis a inspiré les étudiants, qui se sont emparés du cahier des charges avec l’aide de leur professeure d’arts appliqué, Annie Atibard Lacroix, qui est à l’origine du projet. C’est précisément l’aspect professionnel de cette commande qui motive les étudiants, ils apprécient cette chance de se mesurer à des contraintes à la fois techniques et esthétiques et de répondre au mieux à la demande d’un vrai client.

Les étudiants sont accompagnés dans l’aventure par Maëlle Constant, qui a achevé son Brevet des métiers d’art au lycée Jean Jaurès il y a trois ans et qui est maintenant créatrice de cadrans pour la haute horlogerie en Suisse. Elle partage cette mission avec Julien Tixier, horloger prototypiste, son voisin d’atelier. Parrain et marraine questionnent, suggèrent des solutions techniques, encouragent et ouvrent des pistes.

Des créations singulières

Six projets sont présentés par les étudiants en équipe de deux ou trois, qui exposent leurs planches d’inspiration, imaginent comment l’usager pourra s’en emparer, se projettent dans sa réalisation. Couleurs, matières, textures, emplacement, les propositions sont toutes originales et mettront le jury dans l’embarras, puisque seul l’un d’entre eux est destiné à voir le jour.

Gaëtan et Nina imaginent un très grand objet posé au sol, Claire, Pierre et Samuel voient plutôt s’ériger une silhouette élégante et organique, Louise et Louise opposeraient deux cadrans dans un camaïeu de couleurs terre et mer, Drystan et Allan se sont laissés porter par la lune, les vagues et la marée pour leur création, Maxime et Nathan marient tradition et modernité dans une inspiration architecturale… Autant d’idées qui restent à développer, affiner, valider. En juin prochain, les étudiants se rendront sur place pour un séjour d’étude qui donnera un nouvel élan à leur créativité.

Rendez-vous en novembre

Cette première étape sera suivie par une exposition de tous les projets, au Croisic, les 19 et 20 novembre prochains. L’événement accueillera également une présentation des métiers de l’horlogerie et des témoignages de jeunes professionnels. C’est là que le jury décidera quel projet sera retenu.

Ce projet a été proposé au Croisic, Petite cité de caractère, par l’Institut national des métiers d’art (INMA) pour les Journées européennes des métiers d’art (JEMA) qui souhaitaient offrir une carte blanche aux jeunes en formation aux métiers d’art. Les horlogers sont les premiers invités.

Le calendrier a été perturbé par le contexte sanitaire, bravo à tous d’avoir tenu bon… contre vents et marées !

Le jury :

  • Christian Cabellic, adjoint aux travaux à la ville du Croizic
  • Philippe Lacroix, subdélégué au patrimoine à la ville du Croizic
  • Dominique Barbe, horloger
  • Luc Mahé, horloger

Le diplôme national des métiers d’art et du design (DN-MADe) forme au niveau licence des professionnels, experts et créatifs, grâce à une double compétence technique et artistique. En savoir plus sur la formation.

info document info document info document info document info document Julien. Tixier et Maëlle Constant