« A livre ouvert » est un appel à projet d’écriture d’un texte fictionnel à destination des classes du cycle 3, de collège et de lycées professionnels, généraux et technologiques.

Les consignes d’écriture proposent de partir d’un thème pour arriver à une production originale. Le texte produit doit être accompagnée d’iconographies et peut prendre la forme d’un « objet livre ».

Cette année, le thème retenu est « une île ».

L’île représente depuis toujours un microcosme isolé, un monde clos qui est tantôt attractif et volontaire, tantôt répulsif et contraint.Ce lieu a toujours constitué dans la littérature une chimère du rêve, des idéaux, des voyages ou de l’évasion dans laquelle se projette l’Occident, des mythologies fondatrices du monde grec aux espaces expérimentaux des XIXe et XXe siècles en passant par les utopies insulaires du XVIe et du XVIIIe siècles.

Sur le plan artistique, l’île fascine les artistes épris de liberté et succombant à « l’invitation au voyage » baudelairienne, les impressionnistes ont peint les îles bretonnes, Gauguin, en quête d’« un ciel sans hiver » et d’un certain primitivisme, a représenté Tahiti, de nombreuses et variées créations insulaires jalonnent l’histoire de l’art. Ainsi les artistes du mouvement Arte povera et du land art qui travaillent à partir des éléments naturels trouvés sur place, comme des métonymies du lieu. Chaque trouvaille et assemblage devenant une allégorie de l’ailleurs, du voyage et de ce territoire "dans les marges des mers" selon Aimé Césaire. Cette attention à la nature se retrouve également dans les installations d’artistes contemporains qui convoquent le vent ou l’air, auquel les îles, plus que n’importe où, sont soumises, comme source de création. Ces notions immatérielles se trouvent mises en forme dans des productions poétiques et graphiques. De l’Odyssée aux récits de pirates, de l’île utopique de Thomas More à l’île-prison d’Alexandre Dumas, du lieu des robinsonnades de Defoe ou Tournier à celui des expérimentations politiques ou sociales de Houellebecq, l’île est un espace où peuvent naître l’espoir et le désespoir, les plaisirs et les souffrances.

L’ile est un espace intermédiaire à la fois réel et symbolique, concret ou imaginaire qui connaît d’autres lois que celles que nous sommes habitués à respecter.

L’écriture sera collaborative et s’attachera à la production d’un texte fictionnel. Elle sera créative associant différents langages artistiques pour interroger la perception de cet objet culturel qu’est le livre. Jouer de la rencontre entre les arts plastiques et les écrits, les images et les mots, se saisir de l’espace d’une page sont autant de pistes à explorer, avec l’accompagnement de l’auteur.

Le projet permet d’associer un auteur et /ou un illustrateur qui accompagnera le travail de création littéraire et plastique.

Les candidatures se font via ADAGE avant le 15 juin 2021.

Télécharger l’appel à projet ↓

Documents à télécharger