L’artiste photographe Sophie Zénon, le musée de la Résistance en Argoat à St-Connan (22) et l’Imagerie à Lannion ont travaillé avec des élèves du lycée Jules Verne à Guingamp lors d’une résidence de création. Les 14 camarades en 1re bac pro MELEC (métiers de l’électricité et ses environnements connectés) ont réalisé une belle exposition en 2020, elle revient au lycée pour saluer le départ des élèves.

« Quelles causes je suis prêt à défendre aujourd’hui ? » « De quelle société je rêve pour demain ? » Les élèves se sont engagés dans ces réflexions en écho à l’expérience vécue par les 300 jeunes du maquis de Coat Mallouen qui se sont battus en 1944 pour la liberté. Un thème qui permet à chaque jeune de se plonger dans l’histoire de la Résistance - en particulier bretonne - et de parler de soi, de son histoire, de se présenter.

Entre réalité et fiction

Ce projet a pu voir le jour grâce un partenariat entre le lycée et le musée. Quelques mois avant le lancement de la résidence, les élèves se sont familiarisés avec le travail de Sophie Zenon lors d’une rétrospective proposée par l’Imagerie à Lannion. Entre septembre et décembre 2020, les élèves ont passé 5 jours avec l’artiste au lycée, au musée, mais aussi dans la forêt de Coat Mallouen pour vivre le lieu qui a abrité le maquis.

Le travail s’est appuyé sur un film tourné en 1945 à la Libération par le photographe Anselme Delattre et son fils Guy, âgé de 14 ans. Ce film, dans lequel les maquisards jouent leur propre rôle, restitue la vie de ce maquis. Les élèves ont travaillé à partir de photogrammes issus de ce film, mais aussi de biographies des maquisards. Ils ont imaginé une lettre, un poème ou une chanson sur la vie d’un résistant et rédigé un texte sur leurs propres rêves. L’ensemble de ces productions a été réuni sous la forme d’un livre d’artiste où dialoguent les photographies d’archives et les écrits sensibles des jeunes lycéens.

L’engagement, d’hier à aujourd’hui

Ce projet a pu voir le jour grâce un partenariat entre le lycée et le musée. Entre septembre et décembre 2020, les élèves ont passé 5 jours avec Sophie Zénon au lycée, au musée, mais aussi dans la forêt de Coat Mallouen pour vivre le lieu qui a abrité le maquis.

Chemin faisant, ils ont appris à utiliser un appareil photo, à maîtriser les notions techniques de cadrage, d’ouverture et d’obturation. D’une vague notion dans leur programme d’Histoire, la Résistance leur est devenue familière et incarnée. « Dans le maquis, j’ai trouvé plus que des frères », phrase extraite d’un texte de Sydney, résume le ressenti de l’expérience. Inscrits dans le monde d’aujourd’hui, ils ont pris conscience de leurs valeurs, de leurs capacités d’engagement et exprimé leurs rêves et les causes qu’ils aimeraient défendre.

Leur livre d’artistes a été exposé en décembre 2019 au musée au cœur de l’exposition personnelle de Sophie Zénon. L’artiste a inclus dans sa propre exposition une série de portraits photographiques des élèves.

Les confinements et la fermeture du musée depuis de longs mois ont fait obstacle au rayonnement de cette exposition.

Le travail est à nouveau exposé au lycée, comme pour saluer le départ prochain vers d’autres aventures des jeunes lycéens aujourd’hui en terminale.

L’équipe pédagogique  : Mireille Le Meur Jacob, professeure documentaliste et coordonnatrice du projet ; Stéphanie Céas, professeure de lettres-histoire ; Laurent David, professeur d’arts appliqués ; Véronique Debarre, professeure de sciences.

Ce projet a reçu le soutien financier de la Région Bretagne, de la DRAC Bretagne, de la CCKB, du département et de l’association AGPAMEN/pôle de l’Étang Neuf.

Voir en ligne : Un article de Sophie Zenon dans la revue « entre-temps »