Nous espérons, comme vous, retrouver très vite le plaisir de retourner dans les salles obscures ! En attendant, nous avons réuni différentes ressources autour de l’histoire du cinéma, les premières salles, les têtes d’affiche, le cinéma du futur. Plusieurs activités sont proposées pour connaître, rencontrer et pratiquer dans la classe.

Le cinéma, demain…

28 décembre 1895, la première projection publique payante éclaire le salon Indien du Grand Café à Paris et marque le début de l’aventure. Le cinématographe des frères Lumière projette sur la toile les premières images animées. Dès lors, c’est toute l’histoire qui s’imprime sur cette immense page blanche, histoire régionale, histoire des techniques, histoire économique, histoire au-delà des frontières.

Car le cinéma se décline et se partage, cinéma expérimental, scientifique, éducatif, patrimonial, il suit la course folle de notre monde. Il capte par son optique un instantané de notre époque que seule la salle obscure est apte à faire vivre. La tradition Lumière de « mettre le monde à la portée de chacun » n’a pas disparu. Tout en projetant des films de voyage et d’actualités, le cinématographe s’expose et le spectateur se régale : regard caméra, provocateur clin d’œil à un public qui subit avec fascination le mouvement des images.

A la croisée des temps et des techniques, le cinéma défie la frise chronologique. Ne craignons pas de rembobiner la pellicule pour dérouler son histoire : le passage au parlant, l’apparition de la télévision, l’évolution des techniques de la pellicule au numérique, la couleur et demain, encore, réinventons, innovons pour poursuivre sa magie !

Pouvoirs d’attraction et d’abstraction, il cristallise tous les possibles sur sa toile et propose une écriture plurielle, du scénario au montage, du tournage à sa composition musicale. Il nous tarde de franchir à nouveau la porte d’un cinéma de quartier, de ville, de campagne et de goûter au plaisir commun de s’installer dans un fauteuil confortable pour entrer dans le « royaume des ombres » et croiser des histoires, personnelles et collectives. Rattrapons ce temps perdu, rembobinons la bande dans le sens inverse des aiguilles d’une montre pour exposer la pellicule photosensible à l’intensité de nos émotions de spectateur.

Bientôt, les salles de cinéma… bientôt, la chance de partager pendant quelques heures nos vies et d’entendre comme une seule voix les rires, les pleurs, les émotions palpables du public ! Jamais le cœur du cinéma n’a cessé de battre…. Projeté dans un hangar, un café, un music-hall, une baraque foraine, en plein air, un local clandestin, une salle communale en campagne, un théâtre, une salle équipée en 3D, au son du piano ou du dolby digital… le cinéma est bien vivant et son absence cruelle n’est pas plus qu’un rendez-vous manqué.

Les projecteurs sont prêts, éteignez les lumières, la séance va commencer !

Un dossier réalisé par Valérie Nivole, conseillère cinéma à la DAAC Bretagne

Documents à télécharger